Archive by category "Crédit conso"

La production négative du crédit à la consommation en 2013

Le crédit à la consommation fait partie actuellement de la vie de beaucoup de foyers et de beaucoup de personnes. Présenté sous différentes formes, ce type de crédit permet à grand nombre de personnes de pourvoir à son quotidien et garder une stabilité de confort. Si durant les dernières années, la demande de crédit dans le cadre du crédit à la consommation n’a cessé d’augmenter, dernièrement, il connut un léger recul. Selon une enquête effectuée par l’ASF ou Association française des sociétés financières, le crédit à la consommation a baissé de 7 % par rapport à celui de 2012. Mais quelle est donc la principale cause de cette diminution de la demande de crédit à la consommation en 2013?

La baisse consécutive du crédit à la consommation

En six mois, un recul de 1 % a été constaté en matière de crédit à la consommation. En effet, cette baisse est expliquée par la baisse du niveau d’activité des consommateurs. Cela est notamment dû à la crise financière. Il faut savoir que d’avril en juin, c’est le crédit auto qui est le plus touchée, que ce soit pour un crédit auto classique ou pour un LOA ou Location avec option d’achat, la chute est passée à – 2,6 %. Mais il est aussi à constater que la baisse du crédit à la consommation est due au fait de l’accroissement des ménages surendettés, les empêchant notamment de contracter de nouveaux prêts. Un recul de 22 % a été connu depuis 2007 à 2013.

Le recul du crédit à la consommation constitue un facteur négatif pour les établissements bancaires.

En 2013, c’est le crédit auto et le crédit affecté aux équipements électroménagers qui font que le crédit à la consommation ne cesse de baisser. Vu le nombre des personnes surendettées, il est évident que le crédit à la consommation est de moins en moins convoité. Le recul du crédit à la consommation est notamment dû à la crise financière, mais il est aussi expliqué par la mise en place de la Loi Lagarde, qui vise à diminuer le surendettement. Il faut dire que cette baisse de demande de crédit a touché les établissements bancaires, qui durant l’année 2013 a eu du mal a signé de nouveaux contrats de prêt. Le prêt en ligne, et notamment les organismes qui proposent un crédit en ligne rapide sont épargnés pour le moment.

Le projet de loi sur le crédit à la consommation: les évolutions pour le prêt

Plusieurs ont fait l’objet d’une réforme, toujours dans le but d’améliorer la protection des consommateurs. En 2010 la loi Lagarde a été mise en vigueur pour améliorer le rapport entre les consommateurs et les établissements de crédit. Actuellement, c’est le projet de loi sur le crédit à la consommation qui fait l’objet d’un vote. Il est donc important de connaitre, dans quel sens ce projet de loi pourrait-il apporter des évolutions pour le prêt.

La loi Lagarde, la loi qui précède la Loi Hamon

Mise en application successivement de juillet 2010 en mai 2011, la loi Lagarde, est une loi qui régit le crédit à la consommation en vue d’aider les débiteurs à prévenir une situation de surendettement. Elle est issue de la loi Scrivener et la loi Neiertz. En effet, cette loi invoque la limite du montant des crédits ainsi que de la durée de remboursement. Les principales mesures d’accompagnement pour les crédits à la consommation dans la loi Lagarde sont la liberté de choix des assurances, l’accélération des procédures de surendettement, la réforme des taux d’usure, la création du taux effectif global pour les crédits à la consommation et la réforme du crédit renouvelable.

En ce qui concerne le Loi Hamon, présentée dernièrement en conseil des ministres, elle est en vue d’améliorer le droit des consommateurs. Mais cette loi renforce également le droit des consommateurs sur les ventes en ligne.

La loi Lagarde, un bilan positif deux ans après sa mise en place

Un bilan positif a été constaté après la mise en vigueur de la loi Lagarde. En effet, grâce à l’application de cette loi, ce nouvel encadrement du crédit à la consommation a permis de faire baisser les besoins en crédits renouvelables, à savoir que le crédit permanent est la majeure source de surendettement. Aussi, un raccourcissement du délai de remboursement a été constaté ainsi qu’une convergence des taux d’usure. Il faut savoir que sur le prochain projet de loi, dont la loi Hamon, figure les grands points comme l’instauration des « class actions », les nouvelles règles de protection de l’e-consommateur, la résiliation de certains contrats d’assurance en cours d’année et le renforcement de la protection des consommateurs contre les abus et les fraudes.

L’évolution d’épargne pour anticiper la diminution de pouvoir d’achat

La diminution du pouvoir d’achat est actuellement la source de la hausse de la demande de crédit. De plus en plus de personnes se ruent vers les établissements bancaires afin d’assurer leur quotidien. Mais, il faut savoir que cette hausse a aussi engendré, de plus en plus de situations de surendettement. Plutôt que d’épargner, les consommateurs se lancent dans le prêt. Mais dans quelle mesure le fait d’épargner peut-il être une solution pour anticiper la diminution de pouvoir d’achat?

Le cumul de plusieurs crédits diminue la possibilité d’une épargne

Un ménage sur deux trouve aujourd’hui les crédits à la consommation indispensables. Ce qui fait donc que ces ménages sont toujours liés, à long terme, sur un délai de remboursement qui peut même aller jusqu’à 10 ans d’échéances. C’est de ce fait qu’il est souvent impossible pour eux d’épargner.

Il faut savoir que dans certains types de prêts comme le crédit auto ou les crédits immobiliers, dotés d’un remboursement considérable, la nécessité d’une assurance décès n’est jamais exclue. Ce qui va, d’ailleurs, augmenter les obligations de paiement de mensualité. Il faut dire que ce sont généralement les ménages moyens qui se lancent de plus en plus vers le crédit.

Épargner pour augmenter le pouvoir d’achat

Comment mettre de l’argent de côté pour pouvoir mieux s’en sortir? C’est une question que les ménages se creusent toujours à résoudre afin de réduire leur besoin en crédit et d’augmenter leur épargne. Mais pour arriver à cette fin, il est conseillé de reconsidérer son budget et de faire une restructuration des dépenses. Bien souvent facile à dire qu’à faire, le fait d’épargner nécessite une meilleure gestion des revenus incluant la réduction des charges mensuelles et de ne pas vivre au-dessus de ses moyens. Pour les personnes qui sont engagées par plusieurs remboursements de prêts, la solution de rachat de crédit n’est pas à exclure, dans le but de bénéficier d’un remboursement moins élevé.